Evenements Perspectives IX

DMEXCO 2019: ‘Trust in You’

Depuis  dix ans déjà, marketeurs, groupes média et fournisseurs de technologie se réunissent courant septembre pour deux journées à Cologne en Allemagne. La raison ? “Digital Marketing Exposition Conference”,  plus connu sous l’abréviation DMEXCO, c’est un des événements européens le plus important pour l’écosystème digital. 

La semaine dernière, nous nous sommes rendus une nouvelle fois en Allemagne pour 48 heures de rendez-vous, de conférences captivante et d’happy hours, dont une grande partie était axée sur les défis auxquels notre secteur est confronté et sur la manière dont nous pouvons collaborer pour les résoudre. De la fin imminente des cookies tiers à l’importance de la confiance des consommateurs, voici un aperçu des thèmes phares de cette édition.

Le fil rouge: “Trust in you”

C’était le thème choisi par les organisateurs cette année et il peut être interprété de plusieurs manières. En effet, dans un sens cela peut-être perçu comme un message à destination de notre industrie, qui ces derniers mois a été confrontée à de nombreux défis, notamment relatifs aux questions d’identité en publicité digitale, qui l’ont amené à devoir se positionner et ainsi on peut voir cela comme un incitation à positiver et avoir confiance en l’avenir. 

Ensuite, cela peut faire référence à la direction que notre industrie tend à prendre, et qui lui sera essentielle, qui est celle de la reconquête de la confiance du consommateur, point auquel nous attachons beaucoup d’importance chez Index Exchange. 

Et enfin, plus loin, on peut également y voir un appel à la collaboration entre les différents acteurs. Synergies que l’on sait primordiales aujourd’hui si nous voulons pouvoir concurrencer les “walled-gardens” et que l’on voit déjà éclore un peu partout en Europe, notamment autour des questions d’identité en publicité digitale, comme avec le Digitrust, le NetId en Allemagne ou encore l’initiative de SSO du  GESTE par exemple en France. 

La fin des cookies: que peut-on prévoir ? 

Alors qu’ Apple annonçait au mois de mars dernier, avec la mise à jour de son programme Intelligent Tracking Prevention (ITP), le durcissement de la gestion des cookies de tracking au sein de Safari, en réduisant notamment la durée de vie des cookies permanents, et que plus récemment Google communiquait à propos du renforcement de sa politique de confidentialité dans Chrome, c’est au tour de Mozilla Firefox de prendre des mesures dans ce sens. 

Si la fin des cookies semble se profiler de manière plus imminente que ce que nous avions pu l’imaginer, il nous faut maintenant, en tant qu’acteur de l’écosystème publicitaire digital, trouver des solutions pour que les acheteurs aient une alternatives aux “walled-gardens” fiable tout en assurant aux consommateurs un niveau de protection significatif de leurs données. Et les discussions qui ont pris place lors de cette édition de DMEXCO vont dans le sens de la création de synergies entre les différents acteurs de l’écosystème et de la démocratisation du “people-based” marketing, ce qui est à notre sens une bonne chose pour l’industrie.

Les relations entre les acheteurs et les Ad Exchanges s’intensifient: 

Comme le relatait Digiday la semaine dernière, les SSPs et les Ad Exchanges travaillent de plus en plus directement avec les annonceurs.

 Alors que jusque-là les interactions entre les acheteurs et les Ad Exchanges se faisaient par le biais d’intermédiaires commes les agences, la tendance est à l’internalisation des ressources dédiées aux achats programmatiques par les annonceurs. L’objectif derrière cela est bien entendu d’optimiser les dépenses d’achats publicitaires pour les annonceurs mais également de leur permettre d’accéder à niveau de transparence plus important et d’espérer un retour sur  investissement plus conséquent.

Même si ce mouvement reste minoritaire pour l’instant,  et que cela ne remet aucunement en cause l’existence et le travail des DSPs, il pourrait s’avérer être une nouvelle opportunité de croissance intéressante pour les SSPs et Ad Exchanges dans les années qui viennent, tout en permettant aux annonceurs d’avoir un meilleur contrôle de leur dépenses publicitaires.